AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM

Partagez | 
 

 blizzard. (sun)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 16:32

longue journée à la con. journée qui tourne en rond, journée d'un quotidien qui t'parait irréel tant t'as jamais aspiré à c'te vie-là. gamin, t'as bien du mal à t'y faire, toi, à renoncer à tes rêves, à changer d'vie pour une qu't'as pas choisi, une qui t'appartient pas.

gamin qui voulait marquer l'histoire, gamin qui voulait laisser son nom, sa trace. bien trop d'ambitions, ambitions foutues en l'air par un putain de coup du sort. jaz, t'en as plein la tête, ce soir. jaz, ce soir, t'as comme un trop plein, trop d'choses qui tournent en rond dans ton cerveau, qui t'rendraient dingue. jaz, c'soir, pourtant, t'es pas seul. t'es là, sur la plage, à cette soirée où tu t'es très clairement incrusté sans réellement poser d'questions.

jaz, ça tourbillonne dans ta tête, ton verre à la main, ton verre qu'tu vides d'une traite. l'regard vague, tes abysses qui parcourent et détaillent les personnes, là, autour d'toi, alors qu'tu reprends encore un verre.

combien ? combien t'en a ingurgité ? t'as pas vraiment fait attention, tu fais jamais attention, à ces choses-là, faudrait p't'être s'y mettre, faudrait p't'être qu't'arrêtes tes conneries, mais faut croire qu'c'est pas à l'ordre du jour.

jasper, tu t'apprêtes à t'diriger plus vers la plage, silencieux, alors qu'tes prunelles sont attirées par une silhouette qu'tu n'connais qu'trop. une silhouette familière. sun. tu t'arrêtes, là, comme ça, d'un coup. tu l'scrutes avant d'constater une chose qui t'surprend pas, qui t'surprend plus. tu hausses un sourcil. ça fait toujours l'même effet, tes sourcils qui s'froncent légèrement. froid, impassible, gamin. tu t'cloues une clope au bec, et dans un élan d'impulsivité, tu t'diriges vers lui. bonne soirée à c'que j'vois. qu'tu craches, enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 16:53

blizzard


Règle numéro un : ne pas consommer ce qu'on vend. C'est pour ça que Sun se contente de sa bière quand l'autre s'enfile direct de la poudre dans le nez. Il lève les yeux au ciel, récupère sa tune et s'écarte un peu. A un autre il laisse un sachet d'herbe, puis à cette fille et sa pote il monte un peu les prix parce qu'elles ont l'air d'en avoir sacrément envie. Il a un coté presque homme d'affaires quand il laisse sa marchandise aux pauvres individus qui en ont besoin comme ça. Il enfouie les billets, il en profite pour se reprendre un verre, un truc fort avec de la vodka. Il fait chaud. Il enlève sa veste, la laisse presque tomber sur le sol. Il y a de la musique, il passe une bonne soirée. De l'autre coté ses potes rigolent, il les recherche, il les reperd, il se laisse aller. Et puis y a ce type, un peu musclé, qui s'approche pour danser contre lui. Il ferme les yeux, il ondule, il se laisse faire. Il profite.

Il n'a rien à perdre Sun. Il s'enjaille. Il danse contre l'autre, il l'embrasse même à un moment, c'est salé, c'est doux contre sa barbe, la musique se fait plus loin. C'est chaud comme le soleil, l'autre a le goût de la mer et pas celui amer comme Jaz qui se manifeste. Encore. Sun arrête de penser un instant, regarde le blond à coté, alors qu'il a encore la main dans les cheveux d'un autre. Il reprend une gorgée. Son regard se fait plus dur. Il se force à sourire. Il n'avait pas envie de le voir. Sa soirée est un peu gâchée, direct, juste par ses cinq six mots. "Pas mal ouais. J'crois pas que ça te regarde." Il essaie de s'en foutre. Sauf qu'à l'instant où l'autre est apparut il n'a plus aucun intérêt à l'autre sauf peut être pour jouer. Il adore jouer Sun. Il s'amuse à glisser ses mains vers la ceinture de l'autre. Avant de s'écarter. Même pas drôle quand il s'en va. Et Sun se retrouve seul. Règle numéro deux ne pas mélanger herbe et alcool. Alors il finit son verre, son gobelet en plastique qu'il lâche par terre parce que la polution après tout c'est un concept alors que Jaz est réel devant lui et qu'il vient de lui foirer son coup. Sauf qu'il peut pas s'en empêcher, il s'approche de lui. La bouche en coeur presque. Ils n'ont rien à foutre ensemble, il l'a appris à ses dépens déjà. Il regarde sa cigarette. "Salut. J'peux savoir pourquoi t'es là ?" Pas là précisément à cette soirée. Il a arrêté de compter le nombre de fois où ils se sont croisés par hasard dans des fêtes, des parkings, des boutiques, des endroits et ça a mal fini. Non il veut savoir ce qu'il est venu faire dans l'endroit précis où Sun était en train d'onduler contre un mec chaud et doux. Pourtant il se rapproche. Il a encore envie de danser. Sa main s'égare près de la hanche de l'autre. Alors qu'il sait que c'est pas une bonne idée.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 17:22

ça t'amuse, toi, jaz. ça t'amuse alors qu'ça t'emmerde, au même moment. un peu contradictoire qu't'es. t'aimes tourner les situations à ton avantage, t'aimes tirer profit d'chaque situation tant qu'c'est en ta faveur. gamin qui s'plait à jouer dans une cour qui n'est pas la sienne, piètre joueur.
et il y a les yeux sombres de sun qui viennent s'caler dans les tiens, l'regard dur. fin sourire, froid mais pas peu fier, qui s'dessine sur tes lèvres alors qu'tu lis l'expression d'son visage. jaz, tu fais rarement dans la figuration, t'es pas d'ceux-là, toi. t'es d'ceux qui s'font entendre quand bon leur semble. t'es d'ceux qui s'privent pas pour dire c'qu'ils ont à dire, et ça, ça t'fait rire, toi, que d'lire les mines déconfites ou surprises de ceux qui s'retrouvent face à toi. ça t'regarde pas, qu'il insinue, à ses paroles, et toi, tu réponds par un haussement d'épaules. ça tombe bien, j'me mêle jamais de c'qui m'regarde. qu'tu diras, sans baisser les yeux devant lui, en tentant de n'pas prêter attention à ses mains qui descendent vers la ceinture du pauvre con au milieu, du pauvre con qui finit par s'éloigner, laissant le brun seul. tu avales une gorgée d'ton verre, tu feins l'indifférence, toi qui retiens tes nerfs d'exploser. pourquoi, d'ailleurs ?

incompréhension.

et l'brun qui s'approche d'toi, l'brun qui ouvre à nouveau la bouche, au même moment où tu lèves les yeux au ciel. il n'changera jamais. c'est probablement ça qui t'attire, c'est probablement pour ça qu'tu finis toujours par lui dire amen, toujours par accepter son retour ou à effectuer toi-même le tien. mais merde, ça peut pas s'passer toujours comme ça. la même chose qu'toi, à quelques détails près. qu'tu balances, déviant à coup sûr de la réponse qu'il attendait d'toi. tu tires sur ton bâton d'nicotine alors qu'sa main se pose sur ta hanche, et qu'vulgairement tu n'te gênes pas pour lui cracher la fumée d'ta clope au visage. tu souris, presque un air moqueur. si c'était si facile, ça s'saurait, sun. qu'tu souffles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 17:50

blizzard


C'était sensé être une fête sympa. Du sable, de l'eau de mer, de quoi dealder, des gens à faire payer, de la musique, s'amuser, des jolis gens, de la chaleur. Tu parles voilà que l'autre vient pointer sa gueule et l'atmosphère est pas la même. Parce que c'est chaque fois la même chose. Ils se cherchent, ils se trouvent, ils se fâchent, s'engueulent, ça explose, c'est violence, c'est physique et puis ça s'arrête et chacun repart avant la prochaine manche. Ca fait mal à chaque fois, Sun retrouve la solitude. Il n'en peut plus. Il se le dit à chaque fois, qu'il va arrêter, que ça sert à rien, que l'autre l'emmerde. Et pourtant le revoilà là devant lui et il vient se coller, coller ses doigts vers sa ceinture. Il devrait pas. Il le sait, y a au moins quatorze personnes qui pourront lui dire. Ca le gonfle déjà qu'il soit là parce qu'après il va penser, il va regretter, il le regrette déjà. Ca aurait pû être une belle histoire. Résultat c'est la merde, c'est toxique et c'est au moins aussi addictif que la merde de foins qu'il vend.

Ce qu'il veut ? Sun n'en sait rien. Il est venu parce qu'il ne peut pas résister à une bonne fête, surtout quand y a du sable sous ses pieds. Il est venu pour l'argent, voilà, basta autant le dire. Se défouler un bon coup, profiter de la musique, s'amuser avec les autres, se taper une cuite qu'il va regretter le lendemain quand il se réveillera peut être pas dans son lit. L'autre a tout gâché. Sans doute une manie chez lui de gâcher son existence et ses soirées. Il lève les yeux au ciel. La cigarette ne l'a jamais gêné. Pourtant là ça lui brise les bonbons. Il s'écarte, il le repousse, un peu violemment peut être, par un coup sur son torse pour l'écarter de lui. si c'était si facile ça s'saurait, sun. Des baffes. Des baffes pour qu'il ferme sa gueule. Il a essayé. Voilà. L'histoire de sa vie, l'histoire de leur histoire. Il essaye et basta l'autre lui crache à la gueule, littéralement. Eh bah écoutez, fuck après tout. "T'sais quoi mais va t'faire foutre ailleurs. Va te mêler de ce qui te regarde pas, mais laisse moi tranquille. Ca changera." C'est incroyable. Parce que c'est Jaz qui est venu cette fois. Il lui arrache la cigarette mais juste pour le faire chier et il part avec. Oh il va pas loin, il va juste au bar. Pour reprendre un verre. Le bar à ciel ouvert, blindé alors qu'il récupère son cocktail. L'ombrelle dans sa poche, il tourne la tête. Maintenant qu'il sait que l'autre est là, ça va l'obséder. Il regarde autour de lui. Cherche une nouvelle proie. Un nouveau jouet. Juste pour emmerder Jasper. Il le trouve rapidement et cinq minutes après, c'est avec lui qu'il flirte, même avec l'alliance à son doigt. Il rit à sa blague, se colle à son torse. Prends ça Jaz. On va voir si c'est dur.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 19:05

t'es toujours là pour briser les plans. quoique c'était pas prévu, ça, jaz. t'avais pas prévu néanmoins d'le croiser c'soir, faut dire qu'il y a du monde, sur cette foutue plage, et qu'si t'avais voulu, t'aurais pu l'éviter sans difficulté. mais t'es pas comme ça, tu t'confrontes directement, sans sourciller, sans prendre d'gants. jaz sangster, t'as un sérieux problème. t'as un sérieux problème pour accepter d'retourner lui parler, pour accepter d'le laisser incarner un rôle dans ton existence. parc'que tout ça, tu l'sais, c'est malsain, c'est mal, c'est pas bien et il y a des tonnes d'mecs à east gippsland qui pourraient s'amouracher d'ta belle gueule.

mais non. faut croire qu't'es accro à la difficulté, accro à la galère. chaque chute pourtant plus douloureuse que la précédente, mais rien n'sera plus douloureux que ta chute ultime d'il y a déjà un an, qu'celle qui t'a coûté l'surf et ton frère. p't'être bien qu't'es devenu accro à la douleur, finalement, t'es tellement barré, c'tellement dur d'te suivre, l'enfant perdu. c'est tellement dur d'rester accroché. et encore une fois, ça vire à l'opposé de c'que t'aurais pensé, ça vire à l'opposé d'tout c'qui aurait effectivement pu être une histoire qui t'aurais empêché d'être tel qu't'es aujourd'hui : un beau connard. mais ça n'sera jamais ça, ça n'sera rien d'autre qu'un truc malsain qui t'les brise bien comme il faut. l'genre de choses auxquelles on touche une fois et des quelles on n'sait plus s'passer.

un coup sur ton torse, qui t'fait reculer violemment, ton regard qui s'assombrit pour l'fusiller sur place, littéralement. t'as pas l'temps d'répliquer, pas l'temps d'lui faire regretter son geste qu'il t'envoie chier, qu'il t'crache à la gueule à son tour. et ça t'fait chier, jasper. parc'que c'est toujours pareil, ça tourne en rond, comme un vieux disque rayé. et merde. pas d'souci, sun. qu'tu finis sur un ton s'voulant glaçial. il veut qu'tu l'laisses tranquille ? tu l'prends aux mots. ta clope qui quitte tes doigts et tu finis par t'apercevoir qu'c'est lui qui vient d'l'embarquer. tu fais chier, dalorri. qu'tu pestes. il veut jouer ? il n'sait pas encorer à quel point tu peux être mauvais perdant.

tu finis ton second verre, les nerfs éveillés, l'air encore contrarié par ton précédent affront avec lui. tu retournes au bar, tu l'ignores, comme s'il n'existait pas. puisqu'il veut qu'tu lui foutes la paix. tu reprends un verre, puis il y a ce type, à côté d'toi, seul. et sans réfléchir. mettez moi en un deuxième. qu'tu demanderas au barman. tu allumes une nouvelle cigarette, le temps que les verres arrivent et qu'tu tendes le sien au jeune homme à tes côtés qui t'remerciera avant qu'vous engagiez une conversation sans intérêt pour ta part. tes yeux océans qui croisent les siens, un sourire et l'tour est joué. as-tu réellement voulu jouer, sun ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 19:46

blizzard


C'est incroyable comment ils peuvent être cons et se faire du mal aussi facilement. Sun sait pertinement toute la jalousie qui anime Jaz et combien ça lui casse les burnes de le voir autour d'un autre. Même si concrètement il a déjà oublié le nom du premier et qu'il peine à s'intéresser au second. Il joue. Et Jaz avance ses pions aussi, en prenant un partenaire. Parce que Jaz sait que Sun a besoin qu'on ne regarde que lui. Ils en sont toujours au même point. Ils ont beau continuer à avancer chacun de leurs cotés, dès qu'ils se croisent, c'est le même bordel. Ils ne changent pas. Chaque partie est un cauchemar, un petit enfer personnel dans lequel ils sont piégés. Chaque geste pourrait être prévisible. Honnêtement après chaque jeu, Sun se dit qu'il en a marre, qu'ils faudraient qu'ils arrêtent une bonne fois pour toute, qu'ils se comportent un peu en adultes. Sauf que non et qu'à chaque fois ça fait mal. Parce que Jaz est un odieux connard et que Sun coure à chaque fois. Alors ouais quand il voit ce mec à qui Jasper offre un verre, mais ça lui fait mal.

Oh et en plus il le regarde ah ouais il ose mais putain mais alors là mais c'est fini. Et Sun sait qu'il a perdu direct. Peu de personnes arrivent à le faire s'énerver si vite. Jaz en fait parti. Parce qu'il sait avec l'expérience qu'il ne va plus penser qu'à lui de la nuit. Il sait direct que c'est inutile de faire semblant. Avec un sourire distingué, il prend congé de l'autre. Il cherche Jaz du regard. C'est toujours comme ça. C'est d'un cliché c'est une horreur, une bêtise, une imbécilité. Et il va s'en vouloir, il s'en veut déjà de céder si vite. Peut être qu'il se lasse un peu de leur jeu. Il en a marre de devoir attendre pour avoir ce qu'il veut. Il a déjà essayer de faire comprendre à l'autre que s'ils arrêtaient leurs conneries, mais ils pourraient être tellement les rois du monde. Ca a foiré. Encore et encore. Il sait plus ou moins que ça va foiré une nouvelle fois. Ca ne l'empêche pas de se faufiler pour avancer vers eux. Enfin eux. D'un geste du poignet il récupère le verre que Jaz a filé au troisième, la pièce rapportée, l'inutile. Il se tourne à peine vers lui pour lui dire simplement "Dégage." Il n'a plus le temps Sun. Le verre est bu rapidement, avant que celui de Jaz arrive et avant même que l'autre ait eu le temps de filer. Ca le dépasse. Ca les dépasse tous les trois d'ailleurs. Plus que deux. Plus qu'eux deux. Cette première manche s'est terminé rapidement. Il se rapproche encore. "T'as une tendance au cassage de noix qui dépasse l'entendement tu l'sais ?" Bien sûr qu'il le sait. Ils le savent tous les deux. Mais quelque part, Jaz est le connard de Sun. Et la chanson de Britney qui revient, encore, Oops i did it again. Parce que c'est encore la même rengaine. Il le dévore des yeux. Il l'emmerde par sa simple présence, son existence, ses cheveux, ses foutus grands yeux. "Vraiment. J'en ai marre j'crois. J'veux plus jouer avec toi. Sincèrement faudrait que tu penses à dégager de ma vie. Chaque fois ta belle gueule se pointe et ça m'empêche de tourner en rond. C'est lassant." Il y a un mensonge dans cette phrase.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 20:19

certains diront qu'il vaut mieux être cons ensemble que d'l'être séparément. dans votre cas, jaz, séparément semble être l'option la plus saine, l'un pour l'autre. parc'que vous vous faites mal, vous l'faites un peu plus, de plus en plus fort. jaz, tu quittes pas les prunelles vertes émeraudes du type en face de toi, du type dont t'as déjà oublié le nom, c'est évident qu'tu n't'en rappelles pas. parc'que tu n'prêtes attention à rien, à personne. personne excepté sun. l'piège qui se referme sans cesse autour d'l'un puis autour d'l'autre. l'étau qui s'resserre, perpétuel jeu dont l'but semble être de voir qui sera l'premier à être à terre.

il y a des sourires qui s'échangent, avec ce gars, quelques uns. et tu peux pas t'empêcher d'jeter un oeil en direction du reste d'la foule, tu cherches brièvement sun du regard, sans pour autant t'attarder. laisse-moi tranquille. ça a l'don d't'énerver. laisse-moi tranquille. qu'est-c'que ça veut dire ? ça tourne en rond alors qu'l'autre parle, qu'tu l'écoutes pas vraiment jusqu'à que sun apparaisse devant tes yeux, entre toi et lui, l'type qui sert pas à grand chose si c'n'est à incarner un pion dans le semblant d'partie d'échec grandeur nature dans laquelle vous semblez vous lancer, encore et encore. sun, tu l'regardes l'air indifférent, lui qui ordonne à ton occupation momentanée d'se tirer, lui qui s'rapproche de toi, toi qui veux l'ignorer, lui rendre la monnaie d'sa pièce. j'croyais qu'tu voulais que j'te laisse tranquille ? que tu lui réponds, sourire narquois aux lèvres. j'm'amusais bien, avec ce gars. il avait l'air sympa. tu hausses les épaules, un gars parmi tant d'autres. tu l'sais. tu l'provoques, sun, un peu plus à chaque seconde. tu l'provoques, sans aucune retenue. et il t'provoquera, à son tour, encore. cercle vicieux que le votre, cercle dont t'arrives pas à t'défaire. et dans deux semaines, tout recommence. c'est toujours la même chanson, sun. c'est presque sincère, pour une fois. pour une fois, c'est vrai, c'que tu dis. c'qui est lassant, c'est d'tourner en rond, justement. parc'que tu détestes ça, toi. tourner en rond, sans cesse, la même chose, encore, toujours. et il y a des mots qui t'touchent, un peu, des mots qui t'atteignent plus que d'autres, toi qui parait indifférent, qui joue l'type inatteignable. toi qui oublie qu'même l'inatteignable s'brise, se brisera. pourquoi t'es revenu, là, alors? qu'tu demandes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 20:55

blizzard


Vraiment c'est chiant, c'est lourd, c'est pénible, il ne sait même plus. C'est le seul mec avec qui ça lui fait ça. Les autres quelque part il oublie leurs noms, leurs visages, y en a que deux qui comptent. Y a Kit mais Kit c'est son ami c'est celui qui le lachera jamais c'est un autre délire, faut jamais que Kit comprenne que Sun lâchera jamais Jaz. Parce que c'est ça le tragique c'est que Sun lâche pas. Ca doit être dans sa tête que y a un problème. Parce qu'il continue d'y aller, encore et encore, il en redemande. Même s'il sait bien que Jaz va l'envoyer se faire foutre ailleurs. Parce qu'avec Jaz c'est différent. C'est pas pareil qu'avec les autres. Pour ça qu'il ne pense qu'à ça quand il est dans la pièce. C'est le seul qu'il a rendu officiel à un moment donné, le seul pour qui il s'est inquiété en dehors de ses potes. Il l'a dans la peau c'est une horreur, ça le perturbe, il veut pas y penser. Il hausse les sourcils quand Jaz ose dire qu'il s'amusait avec l'autre mec. Pitié. Il était moche en plus. Et inutile. Pas à leurs hauteurs. "C'est pas beau de mentir." Mais ta gueule Sun tu mentirai quatorze mille fois pour se retrouver dans ses bras.

Parce que c'est ça le problème de Sun : Jaz c'est le seul mec qui a compté et qui compte encore alors ouais ça l'emmerde d'imaginer que leur jeu s'arrête que leur cercle trouve une fin à la boucle. Parce qu'il ne veut pas perdre son attention. Il veut qu'on fasse attention à sa gueule, qu'on ne regarde que lui, parce qu'il sait qu'il ne fait pas le même effet à Jaz et ça le fait flipper. Faut pas qu'il sache, ça fait déjà trop mal d'y penser. Et c'est encore et encore et encore la même rengaine, le même problème, les mêmes emmerdes et Ezra va encore lui en coller une s'il sait qu'il la revut. Ca l'arrête pas. Rien ne l'arrête. C'est ouf. Donc ils tournent c'est un tourbillon leur bordel et Jaz s'en est rendu compte aussi. Ils le savent tous les deux. Mais ça fait trop mal d'être à deux. Sun sait qu'il pourrait essayer seulement ça le tuerai de l'admettre et d'être le seul à se retrouver comme un con à la fin du cercle. Il sourit un peu moins déjà. "Tu sais pourquoi." Parce qu'ils sont pareils. Il est revenu pareil que quand Jaz est venu le voir au début. Ca commence toujours par un nouveau quart de cercle. "Parce que j'adore cette chanson. Parce qu'elle parle de nous deux." Il frissonne. Le pluriel lui fait peur. "Je veux l'entendre encore et je sais que toi aussi." La franchise lui fait peur mais moins que le mensonge. Il en est arrivé au stade du ras le bol. Le problème c'est qu'il est le seul. Alors il fait un pas en arrière. Pour se protéger. "Le problème c'est à la fin de la chanson." Il a qu'à retourner avec l'autre. Ou avec un autre autre. Il s'en balance. Sun se doute que ça sera pas lui. Il a déjà eu sa chance. Ils ont foiré déjà.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 21:33

jaz, t'aurais pu l'oublier, t'aurais pu faire comme si de rien était du jour au lendemain et l'zapper, comme tu l'as déjà fait avec tant d'autres. mais il y a un truc qui t'en empêche, un truc qui t'retient. c'est pas la peur d'être seul, c'est pas la peur d'l'affront. faut croire qu'tu t'y es réellement attaché, à c'garçon aux cheveux bruns. sauf que t'as pas l'droit, toi, d't'attacher. tu veux plus d'ça. parc'que les gens sont comme tout. ils s'évaporent. et tu n'veux pas d'ça. parc'que tu restes persuadé que tôt ou tard, comme les autres, lui aussi s'évaporera, d'une manière ou d'une autre. l'mieux serait d't'en détacher, l'mieux serait d'arrêter d'le voir mais putain, jaz, tu n'y arrives pas. alors, tu sais pas, tu t'dis qu'au bout d'un moment, il finira par t'détester, par t'dire réellement d'dégager et ça sera bien mérité. qui t'dit que c'n'est pas la vérité ? tu persistes, plutôt que d'lui donner raison.

jaz, tu peux pas céder, tu n'veux pas. c'est au-dessus d'tes forces. sun, tu pourras jamais nier qu'il a pris une importance certaine chez toi. parc'que malgré tout, il a essayé d'être là, quand ton frère est parti, tandis que d'autres t'pointaient du doigt comme étant l'assassin d'shae. et mieux qu'ça, il est l'seul à qui tu aies attribué une quelconque attention. aucune idée d'pourquoi, pourquoi lui, pour quelle raison. trop de questions qui n'trouveront peut-être jamais d'réponse. jasper, tu tournes, dans le vide, en rond, avec lui. en orbite. ça n'cessera jamais, tu l'réalises au moment-même où il semble t'renvoyer la balle. tu sais pourquoi. regard interrogateur, tu n'comprends pas. puis il y a ses mots. nous deux. nous deux. ça t'terrifie, jaz. ça t'terrifie comme on f'rait peur à un gosse avec des histoires sordides d'monstres et autres conneries. ce nous deux qui t'effraie, ce nous deux qu'est pas possible pour toi, ce nous deux qui a deux significations. autodestruction ou bien auto-guérison. mais aucun doute n'se fait sur la bonne. nous deux, ça t'fait frissonner, légèrement. j'aime beaucoup cette chanson aussi. tu te contenteras d'ça, d'quelques mots, moins froids, moins cassants, approuvant à demi-mots. tes yeux qui restent, là, perdus. c'pas dans tes habitudes, tout ça. et tu l'vois, tu l'sens, s'éloigner, mettre une distance, une distance qu'tu n'veux pas non plus. quelle indécision, foutu brouillard. qu'est-c'qu'elle a, la fin d'la chanson? quel con, mais quel con tu peux être, jaz sangster. des gifles qu'il t'manque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 21:50

blizzard


C'est terrifiant ce qu'ils se disent, ce que Sun arrive à dire. Il n'a jamais pensé à ça avec quelqu'un d'autre. Il se rappelle, vaguement, y a longtemps, avant la merde, quand ils ont essayé un truc. Ils étaient un peu moins cons, ils ont essayé de faire quelque chose de ce nous qui les perturbe. Ca a foiré. Et c'était nul. Sun déteste finir les jeux. Et il commence à s'ennuyer dans ces sous entendus. Il essaie de faire comprendre à Jaz ce qu'il veut. Ca ne marche pas. Y a un blocage. Il sait exactement d'où ça vient. Il a tenté. Il en a voulu. Deux fois, puis encore et encore, à chaque fois. Il essaie de le faire réagir. De lui faire remarquer. Que dalle. Ca marche pas, ça ne marche jamais et Sun finit sur le carreau à se demander pourquoi, à tourner les mêmes questions en boucle, comme maintenant. Il flippe sa race à l'idée de reprendre là où ils en étaient restés. Nulle part. Ils sont trop flipéps tous les deux pour tester un truc. Ca fait peur. Alors Sun finit son verre. Ca tangue un peu. Tant pis. Il a joué ses pions. Mais Jaz ne cède pas, il reste en mode défense, il est là, coincé dans un endroit du terrain où Sun ne peut pas l'atteindre.

Alors fuck après tout. Il soupire et se redresse, passe une main dans ses cheveux. Il sait quand c'est inutile de s'obstiner. Il va rentrer. Seul. Il va se foutre en boule dans son lit et basta, ça lui passera. Ca leur évitera de recommencer les mêmes conneries. Il frémit un peu quand l'autre murmure, puis reprend son putain de ton agressif. Merde à la fin. Lui il essaie au moins. "Elle a qu'on la connait et que j'en ai ma claque de l'écouter en permanence. Sérieusement t'entends les mots qui sortent de ma bouche ou il te faut un dessin ? Tu crois j'passe ma vie à parler de chansons aux mecs que j'croise ?" Allez : mode attaque. Sun abaisse ses dernières cartes, fin du jeu pour cette fois. Il en a vraiment marre. Et il a trop bu, ses pensées sont floues. Il est dans le flou. Il est dans le blizzard. "Laisse tomber. Je pense que réellement t'es trop con pour comprendre. Alors ... J'vais y aller." Il est repassé au singulier tiens. "Ca vaut mieux ..." Il dit ça, mais il reste, il n'a pas fait un mouvement, il est perdu dans les yeux de l'autre. Ca l'emmerde. C'est le dernier test. Si l'autre ne le retient pas, il part. Il en a fait assez pour ce soir en ce qui le concerne. Ca devient trop dur.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 22:56

ce nous deux qui te terrifie, qui te pétrifie. peur qui t'parait insurmontable, impossible à franchir. c'est comme si on t'demandait d'sauter dans le vide sans connaître la manière dont tu vas atterir. et jaz, autant s'le dire, t'en as assez d'te casser la gueule, d'te ramasser pour t'faire encore plus d'mal à chaque fois. mais tu t'dis que parfois, il serait temps de passer la barrière, d'passer au dessus d'tes peurs, d'pas rester figé. parc'que ça peut pas bloquer comme ça éternellement, parc'que tu peux pas t'permettre d'rester comme ça éternellement. tu sens qu'ça t'échappe, qu'sun il s'échappe, un peu, à sa manière. parc'que sun, il est pas comme tout l'monde, il a jamais été comme tout l'monde à tes yeux. tu lui as jamais dit, p't'être bien qu'tu lui diras un jour, p't'être pas. c'est toi qui as les cartes en main, tu sens qu'c'est sur toi qu'ça s'joue, tu l'sais. et tu l'vois, sunshine, sunshine qui siffle son verre, qui s'redresse. t'en démords pas. c'est dur, c'est trop dur. ressentir, c'pas pour toi.

t'as la sensation qu'il te file entre les doigts, t'as la sensation qu'lui aussi est entrain d's'évaporer et ça, ça dépasse tout. tu sais pas pourquoi, tu sais pas comment. tu cherches pas à l'retenir, tu restes comme t'es. con. impassible. tu l'regardes, déblatérer, sun qui passe à l'attaque, sun qui a l'air d'en avoir assez. tu t'mords la lèvre, jaz. tu finis par descendre ton propre verre à ton tour. tu restes silencieux.

mais l'occasion d'tout rattraper s'pointera pas deux fois. tu peux pas l'laisser s'tirer, comme ça. tu peux pas prendre l'risque. parc'qu'à trop jouer, il faut croire qu'tu t'es brûlé les doigts, à trop jouer, faut croire qu'tu t'es fait avoir, toi, jaz l'pseudo insensible. jaz qui veut rien ressentir, jaz qui veut plus s'attacher, jaz qui veut plus aimer. reste. qu'tu lâches, un peu trop froid, encore. jaz, la diplomatie, ça t'réussit pas, jaz, tu connais pas. s'te plait. qu'tu rajoutes, doucement. un gosse, une girouette. incompréhensible. une équation impossible à résoudre, sangster. j'ai pas envie qu'tu partes. d'la sincérité, jaz, j'avais oublié qu't'en avais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Ven 13 Avr - 23:47

blizzard


La musique a changé. C'est un autre rythme. Ce soir c'est différent, c'est plus bizarre, moins chaleureux. C'est pas la même douleur. Ils y vont presque doucement c'est étrange. Ils parlent au lieu de se coller contre les murs. Surtout Sun qui parle parce qu'il veut pas recommencer à replonger dans une connerie monumentale qu'il va regretter deux jours avant de la refaire. Encore et encore. A la place il décide d'être franc, de balancer ce qu'il a sur le coeur. Parce qu'il ne veut plus faire de sur place il veut bouger. Avec ou sans Jaz d'ailleurs. C'est vrai que c'est terrifiant de parler au pluriel, un peu trop, ça lui a écorché la bouche. Alors il menace, il teste, lui même sait qu'il devrait pas, ça fait mal l'idée que Jaz le laisse partir.

Sauf qu'il le fait pas. En une dizaine de mot, il le surprend. Enfin un pas en avant une brèche dans le mur, la muraille que Jaz a foutu autour de lui. Il n'a pas envie de partir. Ca vrille un peu quelque part au niveau du ventricule. Il se mordille la lèvre un peu avant de se rapprocher. Il parle pas encore. Ils en ont trop dit. Il se dresse un peu et passe ses bras autour de son cou. Il vient murmurer "Merci" à son oreille parce qu'il sait que c'était dur, ça l'était pour lui aussi. Parce que c'est chaud de se livrer. Il sourit Sun, d'un air un peu satisfait parce qu'il a gagné. Il a eu ce qu'il voulait. Jaz ne veut pas qu'il parte, il ne part pas, il ne regarde plus ailleurs. "T'inquiète. Ce soir j'vais nulle part." Il le dit parce que fin du jeu. Pour ce soir du moins parce que qui sait de quoi demain sera fait. Ses mains viennent caresser ses mèches blondes. Ptain qu'est ce qu'ils sont cons quand même ça le fait rire un peu contre lui. Déso. "Excuse moi c'est juste ... t'es qu'un gros con tu t'en rends compte quand même ? 'Fin moi aussi mais ... tu m'fatigues. Tu m'obliges à faire de ces trucs ..." Du genre des ultimatums. Il est collé à lui. Aucun regret n'empêche. Mais il part plus. Il reste. Encore. Il finit toujours par rester. Un jour de plus au final. Il soupire. "Sérieusement Jaz ... on fait quoi ? J'comprends plus ton jeu, t'es parti trop loin, j'te suis plus. Explique moi, je sais plus ce que tu veux et ça m'épuises de trop réfléchir." Il le regarde dans les yeux. Vrament il essaie de comprendre ce qu'il se passe dans sa tête parce que oui ça l'intéresse. De ouf. Leurs hanches se frôlent, il soupire un peu. "Je reste, mais sache que c'est pas uniquement pour tes abdos. Je veux vraiment savoir où est ce qu'on en est." Il va loin. C'est l'alcool sans doute, le fameux courage liquide.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 0:19

il suffit d'une fraction de secondes pour que les choses changent, pour que l'atmosphère change une nouvelle fois. c'soir, il y a des masques qui se fissurent, les langues qui s'délient, peu à peu, pour la première fois depuis longtemps. jaz, ça t'étais pas arrivé depuis.. depuis trop d'temps. jaz, t'as aucune idée de ce dans quoi tu t'lances, t'as aucune idée de si tu vas t'planter, de si la chute sera encore plus puissante qu'les autres. mais c'soir, une fois n'est pas coutume, tu finis par t'ouvrir, parc'qu'il t'pose un ultimatum certes, mais tu l'fais quand même, et ça, c'est l'genre de chose pour lequel faut faire une croix sur le calendrier parc'que ça arrivera pas tous les quatre matins. jaz, t'aurais pas pu supporter d'le voir partir. c'comme ça. tu peux pas faire autrement.

alors jaz, tu l'as retenu, avec l'peu d'semblant d'douceur dont t'es capable de faire preuve. tu l'as retenu, mettant en péril la carapace qu't'as mis tant d'temps à t'construire. tu l'sais, elle en ressortira pas intacte, mais et si ça valait l'coup, jasper ? et si cette fissure en valait la peine ? ton palpitant qui bat un peu plus fort, à mesurer qu'il s'approche à nouveau, qu'ses bras viennent autour d'ton cou et qu'les tiens viennent autour d'lui. ça t'écorcherait probablement trop la bouche que d'le remercier à ton tour. pourquoi ? parc'qu'il est là. aussi simple qu'ça. ses doigts dans ta crinière blonde, tu t'dis qu't'as fait l'bon choix. t'es terrifié, gamin. ça t'tord le bide. et le rire du brun qui s'élève dans les airs, qui t'fait relever les yeux vers lui, toi qui étais dans l'vague. tu l'scrutes, attentivement. j'sais pas parler aux gens. qu't'avoues, qu'tu souffles. perdu, dans un jeu que tu maîtrises plus, dans un jeu qui t'échappe, ça t'aide pas, tout ça. j'sais pas, sun.. c'est confus, tu finis par baisser les yeux. jaz, t'aimerais lui répondre. t'aim'rais dire les mots qu'on veut entendre, pour une fois. t'aimerais pouvoir baisser les armes. qu'est-ce que toi, tu veux ? question sincère, question sérieuse. parc'que t'oses espérer qu'ça t'éclairera, qu'ça t'aidera à savoir. qu'ça t'aidera à comprendre. merci.. qu'tu commences. d'être resté, maintenant et après l'accident. j'te l'avais jamais dit, mais merci, vraiment.
tu sais pas c'qui t'prends, en fin d'compte. des mots qui avaient besoin d'sortir, besoin d'être dits. besoin d'être entendus, sûrement. aide moi à savoir.. qu'tu rajoutes, en réponse à ses précédentes questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 0:49

blizzard


Bah comme quoi quand on force un peu les choses, ça va mieux. Peut être que ça va s'arranger au final. Parce que Sun ce grand rêveur il se prend à espérer. Il se prend à croire qu'ils vont se retrouver tous les deux une nouvelle fois et que cette fois Jaz va rester. Qu'il va taper le matelas à coté et que l'autre y sera encore. Alors ouais ils en prennent le chemin. Il sourit, il est content quelque part. Il a réussi cette fois, les défenses sont tombées. Parce qu'ils ont moins joué. Ils se sont rendus directement aux choses sérieuses. Un coup de maître. Maintenant Sun est contre lui, près de sa chaleur, il a envie d'y rester. Il serre un peu ses mèches, profite un peu de l'instant. Il l'écoute parler, marmonner à son oreille, il frissonne quand il entend son merci. Il ferme les yeux. C'est doux de l'entendre si près. Parler des choses qui fâchent. Il rouvre la bouche. Il prend les mots, il les entend. Il ne dit rien, pas de suite. Il bouge un peu la tête et enfin, enfin, retrouve ses lèvres.

Il s'arrête de réfléchir, songe à la sensation, goûte l'alcool. Il le garde près de lui, serre sa nuque pour garder sa bouche sur la sienne, il l'embrasse chaudement, à perdre haleine pour bien lui faire comprendre que c'est simple au final. Qu'ils veulent la même chose. Il s'écarte, inspire, repart de plus belle à l'embrasser. Ils ont envie de l'exacte même chose. De l'autre. Il se colle au son de la musique, mêle sa langue à la sienne, se tourne, soupire. Il est resté. Parce que y a un truc, plus que l'attirance physique, qui l'a poussé vers Jaz, qui le maintient près de lui, qui l'a poussé à y retourner, encore, encore à en avoir mal partout et pourtant il est là. Il s'occupe d'abord de sa bouche. Son bras s'enroule autour de son cou. Il est resté. Il ne va plus nulle part. Quand il s'écarte, il a le sourire, sa bouche est un peu plus rose. "Mais de rien." Hé. Sun est aussi un petit con. Il profite un instant de la satisfaction. Puis regarde l'autre. Il rit doucement contre lui, caresse sa nuque. "Tu vois, tu sais parler ..." Et vu que la tension est juste redescendue, il le regarde dans les yeux. "Je te l'ai dis à l'époque, mais je vais recommencer pour être sûr que t'imprimes. Je voulais t'aider à surmonter ça, je voulais être là pour parler avec toi, pour que t'ailles bien. Et j'veux toujours ça. Parce que de un, j'suis ton ami. Et de deux ... y a ce truc ... entre ... entre nous. Ce truc qui me fait rester, qui me fait penser à toi. Je sais pas trop ce que je sais, mais je ... j'veux pas perdre cette sensation." Si, si si c'est vachement dur et il a envie de se cacher à cause de la honte de ses propos. Il vient se blottir contre lui. C'est absolument terrifiant.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 1:36

t'es sceptique, t'as du mal à avoir foi en l'avenir. t'as du mal à croire qu'tout ira bien, qu'ça va aller. jaz, t'aimerais y croire, à toutes ces choses, t'aimerais rêver d'tout c'dont rêvent les personnes normales. t'aimerais avoir des rêves, tout court, un but à atteindre, au moment où t'en as plus. mais merde, arrête d'réfléchir, arrête d'te prendre la tête pour un soir ou plus, laisse toi aller, gamin. parc'que voilà qu't'es quasiment à découvert. plus aucune rempart derrière lesquelles te réfugier. mais il y a l'sourire de sun, son sourire qui t'rassure un peu, qui t'donne envie d'croire qu'ça va, qu't'as l'droit d'tout mettre d'côté quelques instants pour t'sentir bien, juste bien. puis soudain, il y a vos lèvres, d'une initiative du dalorri, qui s'joignent, qui s'retrouvent après une séparation d'trop longue date.

au diable tes principes à la con. une de tes mains qui vient sur sa joue pour l'embrasser en retour, te laisser aller sans plus réfléchir. t'en perds ton souffle, mais t'en as rien à foutre, t'es bien, là. une brève séparation, l'air qui vient emplir tes poumons avant qu'vos lèvres n'reprennent leur assaut. et par dessus tout, ton palpitant qui bat comme jamais tu n'l'as senti, ton palpitant qui tambourine sans retenue dans ta poitrine, sun qui paraît décidé à n'pas te faire regretter de l'avoir fait rester, et ça t'plait, ça, c'est clair. alors, quand il finit par s'écarter, toi aussi, t'as l'sourire qui s'est dessiné sur tes lèvres, qui viendrait presque creuser tes fossettes. il est resté, il a cru en toi. tu t'mords la lèvre inférieure quand il savoure un instant tes remerciements. c'est vrai, c'pas souvent qu'tu remercies les autres, jasper, c'est pas souvent que t'exprimes de la reconnaissance envers les autres. mais sun, il l'mérite. il mérite bien plus qu'de simples remerciements. un peu. c'est pas simple.. que tu lui soupires, abysses ancrées dans les siennes. il met les mots justes sur les choses qu'il veut dévoiler, les mots qui t'mettent du baume au coeur. l'sourire qui s'élargit, tes bras qui l'enlacent contre toi lorsqu'il vient s'blottir. moi non plus j'veux pas perdre ce truc entre nous. qu'tu dévoileras, en plaçant une main sous son menton pour l'inciter à relever la tête pour venir capturer ses lèvres un court instant. et j'veux pas t'perdre non plus, sun. qu'tu ajoutes, sans l'quitter du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 11:23

blizzard


C'est agréable parce que la peur et l'impression grotesque de faire une énorme connerie a disparu. Enfin Sun est encore un peu dans le doute mais par dessus tout le reste, il a aussi la grande impression d'avoir gagné. Par contre Jaz, mais plutôt contre tout ce bordel qui les entoure. C'est honnête, droit, sérieux. L'autre a l'air ... aussi paumé que lui. Il ne dira plus d'autres mots qui font flipper. Ils ont tous les deux eu ce qu'il voulait qu'il songe-t-il contre sa bouche. Embrasser Jaz a un goût de sel et de bois mouillé mais cette grosse idée d'amertume a foutu le camp. Il frissonne un peu quand il sent les doigts de Jaz contre sa peau. Ca lui fera toujours le même effet, c'est fou, c'est tellement chaud. Ils se sourient et c'est le grand retour du pluriel, ce grand pluriel qui les fait tellement flipper. Ses bras autour de Sun, ces mots, la langue de Jasper contre la sienne, c'est tellement trop. Y a son coeur qui bat fort ça le fait geindre un peu. Il s'aggripe à ses avants bras en l'embrassant de nouveau.

J'veux pas t'perdre non plus. Et il réalise le bien que ça fait d'entendre ces paroles, de les avoir à son oreille, les yeux dans les yeux. Ding ding ding la boucle est bouclée, fin du jeu, end of the game, faites sortir les supporters du stade, ils en ont fini. Et Sun a le visage qui se réchauffe parce que personne ne lui dit ce genre de parole. Jaz est le seul mec qu'il a laissé aller aussi loin, c'est celui qui le tient, qui ne le laisse plus partir. Ca le rend bizarre, il a chaud et froid en même temps. Il soupire un peu et glisse une main vers ses reins pour le tirer à lui. A lui. Près de lui. Ok bien parfait. Parfait. "Allez viens." Il est obligé de s'écarter un peu. Pour qu'ils sortent de la foule. Pour cacher un peu sa gêne. Il reste accroché à Jaz alors qu'ils s'écartent un peu pour marcher sur la plage, juste avec le bruit des vagues, le noir de la nuit. Il serre son poignet. Il s'est perdu dans ce qu'il voulait dire. Les derniers mots de Jaz l'ont chamboulé littéralement. Ca l'a perturbé. Donc maintenant quoi. Il s'arrête, le regarde dans les yeux, se rapproche encore pour reprendre ses lèvres. C'est le seul qui arrive à lui faire battre le coeur parce que c'est fort et intense et chaud et ça le perturbe. "P'tain t'es ... tu m'as. J'veux dire, c'est bon, t'as gagné, j'vais nulle part, comment tu veux que tu me perdes quand ... quand tu t'mets au pluriel aussi ..." Il est perturbé, il se bloque, il se colle contre lui en geignant un peu. Il sait qu'ils ont encore plein de choses à se dire. Il serre son tshirt. Il frissonne un peu pas seulement à cause du froid. Inspiration. "OK alors ... soit on continue de parler ..." Parce qu'ils n'ont pas fini il le sait, Jaz a encore mal. Ses mains remontent un peu sur son torse. "Soit on va chez toi ... et on parle demain."

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 15:54

c'est juste, c'est réel. perdu tu es, ignorant tu es. une envie certaine d'faire des plans sur la comète, gamin trop réaliste, trop pessimiste. incompatibilité. peu importe, jaz, parc'que v'là longtemps qu'c'était pas arrivé, certainement trop. longtemps à cause d'ta connerie, à cause d'un égoïsme et d'une fierté à la con. t'as l'coeur qui s'rait prêt à sortir d'sa poitrine, jaz, l'coeur au bord des lèvres. jaz, tout ça a des allures de rêverie, d'folie. t'es persuadé, tu vas t'réveiller. tu vas t'réveiller et tu seras seul, dans ton appartement. tu vas t'réveiller, seul, et t'auras l'air d'un con à y avoir cru. mais ça aussi, c'moment aussi, il a l'air réel, celui d'sun contre toi, d'ses lèvres sur les tiennes, d'vos langues qui dansent ensemble, d'vos yeux qui s'croisent sans aucune tension. il a l'air réel, parc'que ça l'est. et jaz, on va pas s'mentir, t'y aurais jamais cru.

pourtant, y a autre chose qu'des méchancetés qui sortent de ta bouche, ce soir. ce soir, la vérité sort sous son meilleur jour, les langues s'délient, les mots s'dévoilent. les cartes sont baissées, littéralement plaquées au sol. la partie est finie, l'jeu touche à sa fin. et jaz, t'en serais presque content, toi, l'gosse qui s'exprime pas, l'gosse qui a perdu toute faculté d'communiquer décemment avec ceux qui l'entourent. sun qui t'tire à lui, qui t'invite à sortir de la foule pour rejoindre ta destination première : la plage, l'eau, les vagues. les vagues qui t'ont tellement offert, les vagues qui t'manquent un peu trop. la sensation qu'on t'a coupé l'herbe sous l'pied. y a tes prunelles qui s'posent un instant sur elles, qui les scrutent attentivement. et l'espace d'un instant, t'as presque l'air rêveur, sangster. mais il y a sun qui s'arrête, et instantanément ton attention qui s'concentre à nouveau sur lui, sur ses yeux qui t'fixent, sa bouche qui t'rattrape, lui qui t'captive. il t'fait ressentir des trucs pas nets, des trucs qu't'as jamais ressenti, des trucs sur lesquels tu mettrais pas d'mots, tout simplement parc'que t'en as pas. peu importe qu'je gagne ou pas, sun. t'inspires doucement, c'est dur d'parler lorsqu'on a pas l'habitude, de dire des mots, de trouver des mots qu'on n'dit jamais. j'veux qu'tu restes, j'ai jamais voulu qu'tu partes. qu'tu renchéris, lui qui s'colle contre toi, lui qui tient l'coup, à rester près d'toi alors qu't'es probablement l'un des types les plus ignobles qu'il connaisse, alors qu't'es pas un modèle d'perfection. on peut aller chez moi, parler ce soir ou demain, mais toi, tu peux pas rester à t'geler. qu'tu relèves, après l'avoir observé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 16:34

blizzard


La musique est loin, vu qu'ils s'en écartent. Il a pas encore prévenu ses potes. A force ils ont l'habitude que Sun parte. Ils ont peut être même remarqué. Il s'en fout pas mal sur le moment. Ca sera pas la première fois. Mais ce soir il ne rentre pas avec n'importe qui. Il se blottit contre Jaz, cherche sa chaleur en même temps qu'il cherche sa bouche, parce qu'il a pas pris de veste ce p'tit con. Il y était au feeling ce soir, ces mêmes feelings qui l'ont poussé à venir se perdre dans les bras de Jaz. Il récupère ses cheveux, défait la coiffure de l'autre pendant qu'ils se collent. Il a eu raison de s'accrocher. C'est pas son genre pourtant. D'habitude il s en fout Sun des autres d'habitude y a que lui qui compte. Mais Jaz c'est pas pareil c'est pas le même que les autres. Il lui fait un effet différent. Il a envie d'être près de lui, c'est son aimant. Il supporte pas quand il est loin. Il préfère qu'ils se fassent mal. Alors il est allé se brûler. Il frissonne, il tremble un peu parce qu'il fait froid près de l'eau. Il oublie la mer, il essaie de la faire oublier à Jaz en lui rappelant sa présence. Il reste. Il a peur dans tous les cas. Parce que Jaz peut changer d'avis et l'envoyer se faire voir dans le noir de la nuit. Il hoche la tête. "Ouais. Chez toi. J'ai toujours adoré la vue." Cette putain de vue sur la mer, la fenêtre, le balcon. Ils ne peuvent pas aller chez Sun. Y a quatre habitants qui lui hurleraient qu'il fait encore une connerie, qu'ils ne veulent même pas entendre parler de Jaz. Parce qu'ils savent tout. Parce que Jaz c'est le seul mec jamais présenté à la coloc. Parce qu'il compte. Et parce qu'il lui a déjà trop fait mal. Il serre son poignet.

Il le lâche pas pendant qu'il marche. Il reste silencieux le temps du trajet, il réfléchit à ce qu'il vient de se passer. Ils n'ont pas fini de parler. Il frissonne, il reste collé, c'est son excuse.

Quand la porte se referme sur eux, quand ils sont plus que deux dans la pièce, il prend le temps de respirer, de regarder le décor. Toujours le même. Et il lève les yeux vers Jaz. Il est toujours bloqué dans l'entrée. C'est là le plus terrifiant. Il ne sait plus. Il ne sait plus où il en est, où ils en sont. Il observe les murs. C'est toujours une atmosphère étrange, chez Jaz. Il passe ses doigts sur le canapé avant d'avancer vers la fenêtre. Il n'est pas parti. Il ne part plus. Seulement, là, il a joué la plupart de ses cartes. Il est presque à nu devant lui et c'est flippant. "Je t'ai même pas demandé comment tu vas." Ca fait un an. Un peu plus. Il l'observe. Il en a quelque chose à foutre. C'est le seul. D'habitude il s'en fout. Là, non. Parce que c'est Jaz. C'est tout simple en fait. C'est Jaz. Il le connait. C'est différent. Ca compte. Il inspire et le cherche, des yeux avant de venir contre lui. Il s'enroule. Profite. Il continue de trembler. "J'suis flippé Jaz. J'crois que ... enfin c'est même sûr, je suis jamais ... je suis jamais resté pour personne. T'es le seul pour qui j'ai envie de mettre un pluriel et c'est ... c'est méga flippant ..." Y a son coeur qui bat super vite.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 17:43

elle disparait, elle s'éloigne comme pour s'éteindre, peu à peu. noyée dans la grandeur de l'espace. jaz, t'as laissé de côté tes idées noires, t'as laissé de côté tes idées à la con. c'soir, vous brisez une routine malsaine, une routine qui s'est installée sans en avoir l'droit. sa main qui fout un peu plus ta tignasse en bordel, un rire qui passe tes lèvres, lueur enfantine oubliée. hey! qu'tu lâches avant d'lui renvoyer l'ascenseur, une de tes mains qui se glisse dans ses cheveux bruns pour y semer la pagaille en retour. sourire amusé sur ton visage, gosse à l'affût, gosse joueur. tes bras qui reviennent autour d'lui, alors qu'vous avancez dans la pénombre perturbée par la présence des quelques lampadaires. t'es bien, là, tandis qu'vous avancez, t'es bien, t'as plus rien en tête, sun, il a c'don là, t'faire oublier c'qui va pas, les petits tracas d'la vie quotidienne. sun, dont tu sais pas t'passer, comme tu n'sais pas t'passer d'ta bouteille d'whisky les soirs où tout va mal. mais c'soir en est pas un, il est là, il t'fait oublier, tes blessures mal refermées, encore trop souvent éveillées qu'il a le don d'refermer instantanément par sa seule présence. jaz, votre relation est tout c'que tu t'es toujours refusé, tout c'que tu as toujours fuit. mais tu fuiras pas, cette fois. parc'que tu t'rends compte, toi, qu't'es p't'être pas si bien qu'tu l'prétends, à jouer les types solitaires. tu t'rends compte qu'il est tout c'qui t'manque. une présence, des sourires, des mots. ses sourires, ses mots à lui. pas ceux des autres, parc'que les autres, tu n'les aimeras pas, tu n'les aimeras jamais.

jaz, t'as la tête dans les étoiles. rien de péjoratif, rien d'nocif. l'silence, sunshine contre toi, avec toi. tu t'surprends à espérer qu'jamais cette soirée n'se termine, parc'que t'as peur des lendemains, jasper. des lendemains sans rien, des lendemains où tu t'retrouveras les paumes ouvertes avec l'coeur écorché dedans.

la chaleur qui se fait sentir, sitôt que vous avez pénétré dans l'appartement, tu déposes tes clefs et ton portable sur un meuble au hasard, pour ensuite te tourner vers sun, le regard interrogateur, presque inquiet. et s'il regrettait son choix ? et s'il décidait d'partir ? tu t'y plierais, sans doute. à ta manière, celle d'un beau salopard. qu'importe, qu'importe c'qu'il s'passera. ça va. on fait aller. jamais d'grands discours, pas d'éternisation sur les "tout va bien, ma vie est merveilleuse" parc'que tu considères qu'elle n'l'est pas. certes, t'es là, certes, il n'y a qu'une de tes jambes qui a morflé, celle-là même que tu traînes encore, moins mais tout d'même. mais y a pas d'quoi s'enflammer, pas d'quoi faire péter l'champagne. lui qui t'fixe, qui t'observe, toi qui cherches à attraper son regard, soucieux. toi, comment tu vas ?

vos regards qui s'croisent une nouvelle fois, son retour contre toi, dans tes bras, une de tes mains dans son dos, l'autre au creux de sa nuque, à la naissance de sa chevelure brune. ses mots, l'organe qui t'est vital qui s'emballe, qui s'dérobe. jaz, ça t'fait du bien, d'sentir qu'tu comptes encore pour quelqu'un, pas par fierté personnelle, non. tu t'sens important, utile. mais encore une fois, les mots n'répondent qu'absents, les mots n'sont pas là, mais les gestes le sont lorsque dans ton élan, tu viens prendre possession d'ses lèvres. parc'que si t'es pas capable de parler, les gestes le lui feront comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 18:11

blizzard


Fin de la chanson. Il prononce des mots, il essaie de communiquer, ça a foiré, c'est cramé direct, il est peut être parti trop loin. Il a peur et il s'en rend compte quand il regarde l'appartement. Il est rentré dans la vie de Jaz. Maintenant ils vont tous les deux devoir assuré et ne pas reculer au moindre prétexte. Il va devoir assurer pour de bon et ça le fait flipper de ouf. Il hoche un peu la tête à la question. Ca tangue un peu. L'alcool, le froid, la flippe. "J'vais bien. Tu sais. J'vais toujours bien." Y a pas grand chose qui l'atteint Sun. Il fait avec la fatigue, la dure vie, la solitude, il connaît. Il gère. C'est rare de le voir dans le mal. Il encaisse beaucoup. Il repart. Y a pas beaucoup de chose qui brisent sa carapace. Il en a trop pris dans le bide pour être atteignable. Mais on lui a jamais appris à être le mec sur qui on peut compter. Il sera sans doute pas à la hauteur.

Alors il répond aux baisers de Jaz. Il serre ses cheveux, se colle à lui, donne des caresses. Ils arrêtent de parler. A cette heure de la nuit ça sert plus rien. Sun se rend à ses baisers, à ses douceurs, il profite de ses gestes. Il griffe un peu ses avants bras. Ils n'ont même pas allumer les lumières. La nuit est là. Sun pousse Jaz jusqu'à sa chambre, sans quitter ses bras ni ses lèvres. La porte se referme sur eux. Ils ont parlé sufisamment. Pour le reste, ce sont leurs corps qui parlent.

[ ... ]

Il est encore tôt quand Sun se réveille. Il fait déjà jour, pas encore chaud. Pourtant son corps est bouillant. Les rayons du soleil viennent dans les mèches de Jaz encore assoupi à ses cotés. Il se mord la lèvre, se rappele de la veille, avec un peu de honte, ça le fait sourire aussi. C'était intense, physiquement comme psychologiquement. Il se rappele des mots qui ont franchi ses lèvres. Terrifiants. Il arrange une mèche. Récupère son portable. Rassure ses potes. Il parle avec Anja, un peu. Il a p'têt fait une connerie. Il retourne la tête. Hésite. Fini par se lever.

Il traîne en boxer dans le salon, sa tasse de café froid à la main. Il réfléchit. Il ouvre la porte de la terrasse, sort sur le balcon pour s'allumer une cigarette. Et maintenant relance cette voix dans sa tête. C'est maintenant que les vraies questions arrivent. Il sait pas trop. Il panique le matin. Il va rester. Pourtant qu'est ce qu'il aimerait se casser pour réfléchir à ce qu'il s'est passé la veille. Il fume tranquillement, perdu dans ses pensées. Il s'est pas dérobé la veille c'est pas maintenant qu'il va le faire. Pourtant il flippe. Il flippe sa race. Dans le salon, il réunit ses affaires. Il reste dans la cuisine pourtant. Il ne part pas. Ca serait un truc de vulgaire salopard de se tirer. Il attend, vraiment, de voir la réaction de Jaz. Il attend. Prêt à se tirer comme un gros lâche. Il réfléchit. Il lui a dit qu'il serait là pour lui. Et c'est simplement que ça lui fait peur, parce que la veille son coeur battait trop fort.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 19:12

tout s'emballe. les mots se sont emballés, les mots vous ont rattrapé, la réalité qui vous cloue au sol. jaz, t'as pas pris conscience de c'que tout ça implique, faut croire. t'as pas pris conscience qu't'as pas l'droit d'agir à ta guise, que lorsque ça ira pas, t'auras pas l'droit d'te permettre de l'envoyer valser, de l'éloigner, l'envoyer loin. sur la touche. parc'que cette fois, tu dois y mettre du tiens, cesser d'penser qu'à ta gueule. la seule question, c'est est-c'que t'en es capable ?

tu approuves d'un signe de tête les paroles de sun. sun, il est costaud. tu l'sais. bien plus costaud qu'toi, il s'bat, jamais il s'laisse aller. toi, t'es pas comme lui. tu vis dans l'passé, tu t'laisses bouffer par des choses qu'ont pas lieu d'être, tu t'laisses bouffer par des choses dont tu t'auto-proclames coupable. jaz, tu t'considères pas comme un guerrier, pas comme quelqu'un de fort. faudra faire avec. faudra apprendre. être fort, pour de vrai, pas seulement selon une apparence.

puis vos peaux s'effleurent, les mots se taisent, le silence prend possession des lieux. des gestes, des échanges. c'est doux, y a pas d'rancune, pas d'froideur. l'noir qui n'en déstabilise aucun, et vos corps qui finissent c'que vous avez commencé, vos corps qui s'trouvent, enfin.

/ / /

jasper, t'as les piverts dans le crâne, c'matin, quand t'ouvres les yeux, quand tu finis par t'réveiller. tu parcours la pièce d'un regard embrumé, d'un regard encore endormi. et ça t'revient en tête, jaz. la soirée d'la veille. les mots. les gestes. sun. et merde.. qu'tu soupires, en venant passer une main dans tes cheveux emmêlés, réalisant qu'il est pas là. et y a les idées qui défilent dans ta tête, alors qu'tu fixes le plafond. il s'est tiré ? il s'est rendu compte, sun, qu'c'était pas une bonne idée. il a fini par céder. tu t'redresses, attrapant une clope sur la table de nuit que tu allumeras dans la minuite suivante pour ensuite te lever, vêtu simplement d'ton boxer. t'es persuadé d'être seul, tu rumines. toi qui avais presque balancé aux oubliettes les pions, il faut croire que tout va recommencer.

c'est c'que tu crois.
puis tu passes l'encadrement de la cuisine, et il est là.

pas de froideur, tu t'efforces d'rester calme même si t'as bien cru qu'il avait foutu l'camp, qu'il s'était tiré comme il l'aurait fait, avant, comme il l'ferait probablement encore. tu prends une profonde inspiration, tirant sur ta cigarette, tout en rejoignant la cafetière. ça va ? parc'que toi, tu sais pas trop. t'es bancale, t'es perdu, à nouveau. l'premier souffle qui l'annonce à nouveau, l'blizzard. celui qui t'anime, celui qui t'terrifie à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 20:14

blizzard


Sun a juste remis son jean et son tshirt pourtant on dirait qu'il est prêt à partir. Il est pas bien. Il a encore chaud de la veille, le corps de Jaz, les mains de Jaz dans les siennes, son souffle sur sa peau, il le sent encore. Il a besoin d'une grande douche. Il n'ose pas bouger parce qu'il sait qu'il est déjà prêt à franchir la porte. Mais il résiste. Il ne veut pas le décevoir. Pas cette fois. Il frissonne. Il pense à la veille, y a son portable qui vibre.

Et Jaz qui passe la porte. Sun manque une respiration.

Il n'est pas rhabillé non plus. Il l'observe. Il est beau, il sent le sable chaud. Sun frémit un peu, soupire. Ils sont tous les deux réunis dans la même pièce. Il fait oui de la tête quand il lui demande s'il va bien. Et il reprend du café. Il crève la dalle aussi. Sa main tremble quand il allume la cigarette. Il a remarqué l'air étrange de Jaz. C'est bizarre entre eux ce matin. Elles sont loin les paroles de la veille. Sun est un peu dans le flou. Il se force à sourire. "C'est quoi cette tête ? T'as cru que j'allais me barrer ?" Son rire est faux, amer. Il repose sa tasse, jette la cendre dedans. Reprend une bouffée en le regardant. Il aurait dû. Il peut plus maintenant. Mais il voit le visage de l'autre, ses grands yeux, ses cheveux, son torse. Il veut encore de sa chaleur. Il veut retourner dans les draps avec lui, le faire rire, parler. Sa main vient chercher la sienne pour l'effleurer. "Moi aussi j'ai cru. J'ai failli."

Il entend le pourquoi. Il se le demande aussi. Il l'anticipe il se dresse sur ses pieds pour que leurs bouches se rejoignent, furtivement. Il ferme les yeux. Plus de courage dans les veines, juste sa franchise, la peur dans le bide. "J'veux plus souffrir. J'en ai marre de partir. Si j'pars on sera seuls. J'en peux plus d'être seul. Je sais pas ce que tu m'as fais, mais quand je pars ... j'ai mal. Et j'te fais mal. Alors j'suis resté. Je pense que ... qu'on est quand même mieux quand on reste tous les deux ..." Il baisse les yeux. Il tremble. Pas à cause du froid. Il est au bord des larmes tellement il flippe. Il teste un truc Sun. Il en peut plus d'avoir mal chaque fois qu'il passe la porte. Il partira pas.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaz Sangster

avatar

avatar et crédit : neels, nightblood.
messages postés : 33
à East Gippsland depuis le : 10/04/2018
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 21:44

jaz, tu t'sens étrange, tu l'sens étrange. atmosphère électrique qui règne, qui pèse. c'est lourd, ça t'fait comme un poids sur les épaules. quelque chose n'tourne pas rond, quelque chose n'va pas, tu l'sens, t'es pas con pour ces choses-là. café dans une main, cigarette dans l'autre, il hoche la tête à ta question, il sourit et sa question. tes yeux qui quittent ta tasse pour l'fixer, droit dans les yeux, en signe de toute réponse. j'y ai cru. j't'ai pas vu, j'y ai cru. que tu réponds en toute franchise. tu baisses pas tes azurs, tu flanches pas. jaz, le blindé. l'retour. tu repenses à hier soir. c'était bien, c'était autre chose. pas de barrières, pas d'crainte, pas d'froid. rien. vos mains qui s'effleurent, la tienne qui l'attrape doucement. parc'que tu crains qu'il parte, parc'que tu veux pas qu'il parte, mais jasper, est-ce bien rationnel, cette histoire ?

t'as presque envie d'le reprendre contre toi, à c'moment-là, puis il y a ce j'ai failli qui t'fige sur place. j'ai failli, ça veut dire quoi, ça ? ça veut dire qu'il en a rien à foutre ? est-c'que c'était sérieux, ses paroles hier, ou est-c'que c'était rien d'autre que du vent ? jaz, ça t'fait peur. jaz, c'est trop tôt pour qu'tu puisses y croire. t'as envie d'y croire. t'as envie d'retourner avec lui, entre les draps, d'faire abstraction d'tout ça, mais tu peux pas. c'est trop tôt. ton palpitant qui s'serre, il parle, il t'dit probablement c'qu'il a sur l'coeur, lui aussi, mais est-c'que tu peux l'croire ? t'attrapes ses lèvres, à ton tour, plus longtemps. parc'que t'as peur d'l'impact des mots qu'tu maitrises pas, des mots qui peuvent blesser comme panser les blessures. j'tiens à toi, tu sais. t'inspires, tu vois ses tremblements, tu t'mords une nouvelle fois la lèvre inférieure. on est mieux quand on reste tous les deux mais.. pour combien de temps, sun ? une semaine, deux semaines ? que tu lui demandes honnêtement, parc'que t'en as assez qu'ça s'passe comme ça, t'en as assez d'te saigner à t'attacher à cette relation qui t'bouffe, qui t'fait mal. si tu veux partir.. fais-le. ça sort comme ça, auto-défense, remparts qui viennent te cacher tandis que les canons lancent leurs munitions de plein fouet sans se soucier des ravages sur leur passage. j'suis perdu, mais j'veux pas avoir mal et m'demander c'qui se passera la prochaine fois pour qu'tu partes. sun, si tu veux partir, j'te retiendrai pas. c'est clair, c'est précis.

ça t'fait mal, un peu, d'lui dire ça. mais tu peux pas rester comme ça, tu peux pas rester dans l'doute. t'en peux plus, t'as l'impression qu'on t'a balancé en plein labyrinthe et d't'époumonner à retrouver la sortie. la sortie, la seule qu'tu trouves pour l'instant, c'est celle-là. la solution de facilité, la fuite. vas-t'en sun. ta main lâche la sienne, tes yeux quittent les siens. fermeture, plus personne au répondeur. c'est douloureux, jaz. bordel qu'ça fait mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Dalorri

avatar

avatar et crédit : Simone Nobili - cranberry
messages postés : 70
à East Gippsland depuis le : 05/04/2018
quartier de résidence : sud
métier, études : dessine sur des peaux à l'encre qui s'efface pas - vend de l'herbe et de la poudre dans l'arrière boutique
MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   Sam 14 Avr - 22:05

blizzard


Il aurait dû rester dans le lit. Il a commis erreur sur erreur, encore. Evidemment. Il aurait du fermer sa gueule aussi. La prochaine fois il bougera plus. Fini. Terminé. Sun a dit des choses qu'il n'avait prononcé avant. Il s'est livré. Il a testé des trucs il sait même pas pourquoi, parce que ça le bouffe, que ça lui fait mal. Il se reconnaît à peine en ce bon matin. Il sait juste qu'il a envie de rester avec Jaz, au moins un moment. Il croit que c'est bon quand ils s'embrassent, il croit ça se passe bien, il croit c'est parti ils vont vraiment retenter. Combien de temps que cette histoire est en cours. Près de deux ans environ. Deux ans qu'ils se bouffent qu'ils se heurtent qu'ils se blessent. Tout ça pour en arriver là dans cette cuisine, à l'instant T où Sun a décidé d'être honnête. Tout ça pour quoi. Pour finir perdu déboussolé coincé entre le plan de travail et Jaz, accroché à sa bouche parce que Jaz il compte c'est terrible.

Et il s'arrête de respirer, y a son coeur qui veut plus battre corractement quand il l'écoute. Jaz qui lui balance en pleine gueule que ça sert à rien, qu'ils sont toujours coincés dans ce putain de cercle, que ça a rien fait, que hier soir, cette nuit, il s'est rien passé de spécial, que c'était comme d'habitude, que c'était qu'une étape dans leur tour de la souffrance, que ... que rien. Que c'était que dalle. Peut être pour lui. Pas pour Sun. Parce qu'il a été honnête, qu'il a tenté. Il en marre de tenter des trucs. Il est arrivé au bout. Comme le dit l'autre toute façon. Il a plus qu'à se tirer. Il s'écarte. Y a une petite larme qui coule de son oeil droit il sait pas si c'est de la tristesse ou de la rage ou du gachis. Il l'essuye d'un coup de poignet. Autant dire que l'autre peut aller s'faire foutre. "T'es vraiment ... t'es vraiment qu'un pauvre lâche Sangster. T'es pas perdu, t'as juste la trouille d'avancer. Tu changes pas, tu recules." En tout cas c'est avec hargne qu'il reprend son sac, renfile ses baskets. Il a laissé son bracelet sur la table de chevet. Même pas pris le temps de remettre ses chaussettes, il veut rentrer s'effondrer sur le canapé, que quelqu'un lui caresse ses cheveux. "Tu s'ras gentil, la prochaine fois que tu me croises en soirée, laisse moi me faire enculer par un mec qui aura pas autant peur que toi." Il ouvre la porte. Tourne la tête. Ca l'emmerde déjà profondément. Il aurait voulu rester. "J'tiens à toi aussi sombre connard." Et la porte claque et Sun se casse pour de bon. Il a les mains qui tremblent.

Il rentre. Direct. Il réveille Ezra qui s'met à gueuler. Il l'entend pas. Il s'enfonce dans les oreillers. Encore une manche de perdue. Sauf qu'elle va être douloureuse à avaler celle là.

Codage par Libella sur Graphiorum


RP TERMINE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: blizzard. (sun)   

Revenir en haut Aller en bas
 
blizzard. (sun)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blizzard chie dans le paté, et tente de le filer à bouffer !
» Finis le Lan chez Blizzard
» Une nuit dans le blizzard. Cauchemard ou début d'un rêve ? [Médée]
» Grand Nord - Blizzard [X]
» Quand le blizzard souffle, les hommes courbent l'échine [pv: Diarmaid Delwyn]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▴ THE BAY OF THE WHALES :: EAST GIPPSLAND :: L'OUEST DE LA VILLE-
Sauter vers: