AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM

Partagez | 
 

 elliott// breathe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jeff Lindberg

▴ MEMBRE DU MOIS ▴

avatar

avatar et crédit : brühl// killer from a gang
messages postés : 96
à East Gippsland depuis le : 29/03/2018
métier, études : bad teacher at st mary's school (chemical physics).
MessageSujet: elliott// breathe   Lun 2 Avr - 15:29

 j’en avais parlé à personne. sûrement parce que j’avais trop honte et aussi parce que le dire à haute voix, c’était assimiler l’truc. qui pourrait être d’accord avec un truc pareil. j’aimais pas nala, j’en avais rien à foutre, je voulais pas qu’elle devienne la mère de mon gosse- j’voulais même pas de gosse. dire le truc, c’était penser à l’après et l’après me foutait la boule au ventre. j’allais dire quoi à mes collègues du lycée? j’allais dire quoi à tout le monde? à ma propre mère, est-ce que j’devais lui envoyer une lettre pour l’avertir de la connerie sans borne de son fils?
putain, c’était pas humain comme situation. trois mois, trois mois c’était trop tard. forcément que si j’en parlais pas, j’allais noyer ça au fond d’mon verre dans un pub beaucoup trop huppé pour avoir l’air moins pathétique. mais quand même, l’idée était là, imprégnée comme un virus informatique et verre après verre, j’arrivais pas à enlever ça d’ma tête. j’étais pas bourré mais suffisamment pour appeler elliott à la rescousse, l’inviter à boire un verre comme si de rien n’était. si au moins j’pouvais l’dire à lui, il aurait peut-être un avis plus éclairé sur la question. « ouais? tu peux venir s’te plaît? il y a un match de rugby nul à la télé et j’en suis à mon troisième verre. » j’dis rien de plus, pas de mauvaise nouvelle. j’le dis pas. j’évoque pas l’information qui fait de moi un futur papa. il va bien pouvoir se foutre de ma gueule elliott, faut croire que je l’ai pas volé celle-ci. je recommande un verre, le coude allongé sur le comptoir. c’est facile de boire pour oublier sauf que j’oublie pas encore. au mieux j’comate en regardant les all blacks défoncer l’australie. c’est bizarre que ça me fasse autant plaisir, j’ai plus mis les pieds en nouvelle-zélande depuis mes deux mois. c’est peut-être le signe qu’il est temps d’se barrer. de rayer le problème bébé définitivement. 
mais ça, ça serait faire exactement comme mon père alors. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliott Harrington

▴ COUPLE ET MEMBRE DU MOIS ▴

avatar

avatar et crédit : milo ventimiglia (fakementine)
messages postés : 59
à East Gippsland depuis le : 28/03/2018
métier, études : garde côte - sauveteur en haute mer (a fait ses études de médecine et trois années d'internat en chirurgie)
MessageSujet: Re: elliott// breathe   Lun 2 Avr - 16:38

breathe
the life you knew is in a thousand pieces on the floor
and words fall short in times like these
when this world drives you to your knees


Il tourne en rond. Il devient fou. L’action, les intervention, l’adrénaline. Voilà de quoi il vivait, voilà ce qui le transportait. Là, plus les jours passent et plus il se sent devenir un légume. Combien de temps cela durera-t-il encore ? Des mois certainement, pas moins. Il commence à penser sérieusement qu’il devrait se trouver un petit boulot pour passer le temps, autrement il va devenir chèvre. Voilà qu’il se retrouve devant la télévision à zapper tel un automate, le genre d’habitude qu’il n’a jamais eue, qu’il n’a jamais prise. C’est tellement plus Elliott que de rester éloigner des écrans. En parlant d’écran, voilà que la sonnerie son téléphone se met à résonner dans la pièce. Appareil abandonné dans sa cuisine comme d’habitude. L’épave se lève difficilement du divan qui s’est moulé autour de ses formes. C’est Jeff qui l’appelle à la rescousse. « J’suis là dans dix minutes. » lui indique-t-il avant de raccrocher. Des femmes auraient commencé une discussion aussi longue d’un trajet en voiture jusqu’à Melbourne, mais Jeff et Elliott sont à des kilomètres de ce genre d’attitude. Parce que ce sont des mecs, déjà. Et parce qu’ils ont toujours été à l’essentiel. Il n’en fallait pas plus au jeune homme pour qu’il saute dans ses godasses et rejoigne son ami dans un bar situé non loin de chez lui. Une aubaine pour le sortir de sa monotonie le temps d’un soir. « Un néo zélandais perdu devant un match de rugby, t’avais pas plus cliché à me fournir ? » Une tape à l’épaule pour suivre son entrée, et voilà qu’Elliott se hisse sur le tabouret voisin, interpellant déjà le barman d’un signe de main pour se commander une bière. « Tu bois pour oublier que l’Australie a sept points d’avance sur tes compatriotes ? » lui lance-t-il pour le taquiner, manière subtile de contourner la question et de ne pas lui demander directement ce qui ne va pas. Il est mal en point, faudrait être aveugle ou ne pas le connaitre pour ne pas le voir, mais quels secrets Jeff a-t-il encore pour Elliott ? Pas beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Lindberg

▴ MEMBRE DU MOIS ▴

avatar

avatar et crédit : brühl// killer from a gang
messages postés : 96
à East Gippsland depuis le : 29/03/2018
métier, études : bad teacher at st mary's school (chemical physics).
MessageSujet: Re: elliott// breathe   Lun 2 Avr - 17:33

 il est arrivé de nulle part, j’me suis même demandé ce qu’il foutait là elliott. après mûres réflexions, j’me suis souvenu de mon appel qui était ni urgent ni désespéré. j’sais pas si c’est une bonne chose qu’il soit là ou pas mais il était là alors autant pas tourner trois ans autour du pot. j’vais juste attendre qu’on lui serve son verre pour qu’il puisse digérer l’information. à sa blague, mon sourire s’étend comme un gosse. « c’est qu’une question de temps ça, c’est pas bien grave. » si seulement ça pouvait être ma seule préoccupation. la remontée spectaculaire des all blacks. nan, le problème c’était pas ça. le serveur ramène la commande d’elliott et la mienne tout en me jetant un petit regard bien méprisant comme il faut. sûrement pour m’indiquer que j’bois trop et beaucoup trop vite sauf que je l’emmerde alors je soutiens son regard pour bien lui faire comprendre d’aller s’faire foutre. j’attends qu’il aille vaquer à ses occupations pour me tourner vers elliott. « j’suis dans la merde. » j’dis ça à voix basse sans m’en rendre compte. mes deux mains glissent le long de mes tempes alors que je regarde mon verre de whisky sans envie particulière. « j’sais pas quoi faire. » c’est pas dans mes habitudes d’annoncer un truc comme ça de but en blanc mais force est de constater que c’est bien la première fois que j’ai à lui annoncer un truc aussi pourri depuis le cancer de lola. « j’vais avoir un gamin. » j’hoche positivement la tête, le regard vide, c’est plus fort que moi mais j’arrive pas à considérer le truc autrement qu’une blague. « le plus drôle dans l’histoire c’est que la mère a seize ans et que c’est aussi mon élève. » j’pense non sans mal avoir accumulé tous les facteurs aggravants, on peut difficilement faire pire que ça. j’allonge mon autre coude sur la table, viens planter mon front contre le comptoir. qu’est-ce que j’peux être con, et inconscient. « sinon, j’espère que toi ça va, je t’ai pas demandé. » j’me redresse à peine sur mon tabouret. j’ai juste envie d’me bourrer la gueule pour ne plus y penser. c’est pas dans mes habitudes mais cette fois-ci j’pense avoir une bonne excuse pour me mettre dans un sale état. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliott Harrington

▴ COUPLE ET MEMBRE DU MOIS ▴

avatar

avatar et crédit : milo ventimiglia (fakementine)
messages postés : 59
à East Gippsland depuis le : 28/03/2018
métier, études : garde côte - sauveteur en haute mer (a fait ses études de médecine et trois années d'internat en chirurgie)
MessageSujet: Re: elliott// breathe   Lun 2 Avr - 18:43

breathe
the life you knew is in a thousand pieces on the floor
and words fall short in times like these
when this world drives you to your knees



Un premier sourire décroché, rien n’est perdu, et merci aussi à l’alcool d’agir en ce sens. Les deux hommes pourraient se racler longtemps à propos du sport, d’autant plus quand il s’agit de rugby, mais Elliott sait que quelque part, là n’est pas le sujet de la soirée. Et puis il a raison, les All Black vont facilement rattraper ces sept points et finir par les ratatiner comme à chaque fois. « J’suis dans la merde. » lui dit-il. Elliott hausse les épaules mais se tourne vers son pote pour lui montrer qu’il veut en savoir plus. S’il avait du compter le nombre de fois où son ami de toujours avait été dans la merde, il ne serait déjà plus là. La suite arrive, sans vraiment se faire attendre, jusqu’au couperet. Le fidèle comparse explose alors de rire, manquant de s’étouffer avec la gorgée de bière qu’il vient d’engloutir. Il est désolé, enfin presque, mais c’est tellement gros comme histoire. Jeff papa ? Deux mots impossible à associer dans son esprit, ni dans l’esprit de quiconque de normalement constitué. « En effet, t’es dans la merde, Jeff. » il s’en est rendu compte par lui-même, mais il fallait qu’Elliott en ajoute une couche. Il semble dissipé mais son oreille est toujours attentive pour son ami. Il assimile d’ailleurs les pièces du puzzle. « Ta gamine, là. Jl’a connais. » Connaitre est un bien grand mot d’ailleurs. « Enfin, elle squattait mon bateau l’autre jour, et elle m’a raconté sa part de l’histoire. » rectifie-t-il. Assez amusant d’ailleurs que d’avoir les deux sons de cloche. L’avis de l’ado, il s’en fiche complètement désormais, y’a que son pote qui compte, et c’est un désastre assez gros. « Qu’est-ce que tu vas faire ? » il avait conseillé à la gamine de mettre le père au courant, voilà chose faite, mais s’il s’attendait à devoir conseiller ce dernier, il se serait étouffé de rire bien avant. Le goulot de la bouteille est une nouvelle fois portée à ses lèvres. Il a de la marge à prendre pour rattraper l’état d’alcoolémie de son pote. « L’enquête n’avance pas, j’ai l’impression qu’on est au point mort. » est-ce qu’ils enquêtent toujours, d’ailleurs. Jeff est au courant de sa mise à pieds, il sait qu’il déraille depuis que son père est mort, mais il sait aussi qu’il s’en remettra. Quand est une autre question. Deux épaves dans un bar, et personne qui ne peut rien pour eux. « Ah, et j’ai croisé Elisabeth. J’sais pas si elle n’est que de passage pour dire bonjour à ses parents ou pas, et je m’en fiche. » il évoque son ex avec un certain dédain, comme pour appuyer le fait qu’il n’en a rien à faire, mais s’en moque-t-il vraiment ? Jeff sait que non. Il aurait d'ailleurs pu penser à se saouler la gueule bien plus tôt, comme lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Lindberg

▴ MEMBRE DU MOIS ▴

avatar

avatar et crédit : brühl// killer from a gang
messages postés : 96
à East Gippsland depuis le : 29/03/2018
métier, études : bad teacher at st mary's school (chemical physics).
MessageSujet: Re: elliott// breathe   Jeu 5 Avr - 0:06

 sa réaction, à elliott, elle tombait tellement sous le sens. comme le point de départ d’une mauvaise comédie. j’le regarde s’étouffer à moitié et ouais, j’me sens un peu plus minable qu’avant même si, au fond, j’aurais réagi exactement de la même manière. il répète, surenchérit alors que je fixe les autres bouteilles à disposition du barman en me pinçant les lèvres dans un tic nerveux. c’est seulement quand il mentionne directement nala que je fronce légèrement les sourcils. il manquerait plus qu’il me dise que c’est sa cousine pour que je me suicide définitivement- heureusement, on en est pas encore là. heureusement, elle se sent obliger de raconter son histoire à toute la ville comme si elle était ce putain d’oliver twist. « elle a dit quoi ? que j’étais un détraqué sexuel ou un fils de pute ? » j’pose la question mais au fond, j’sais bien que c’est un peu des deux, il y a qu’à voir comment elle se comporte, comment elle se permet de m’gifler comme si j’étais son copain de quinze ans. j’prends une grande inspiration, une grande gorgée de whisky aussi. qu’est-ce que j’vais faire? c’est une bonne question. « j’sais pas, elle peut plus avorter- j’ai plus qu’à la convaincre de faire adopter ce bébé j’suppose. elle a seize ans, elle me déteste, j’vois pas pourquoi elle le garderait t’façon. » j’essaie bien évidemment d’me rassurer en disant ça- j’parle à moitié pour elliott et à moitié pour moi. j’essaie d’être logique mais cette fille est pas logique donc. le hic c’est plutôt qu’est-ce qu’elle va pouvoir raconter à sa famille à propos de l’idendité du père de cet enfant. elliott mentionne son boulot, ou plutôt le fait qu’il n’y soit plus. l’enquête judiciaire qui piétine, qui lui fait perdre un temps précieux. j’ai pas besoin de beaucoup de temps pour faire le rapprochement avec la mort de son père. ce qu’il y a de plus difficile c’est pas la mort mais le deuil de ceux qui restent sur le carreau, inconsolables. logique. pourtant, j’sais qu’il est comme un tigre en cage et qu’il a besoin de se sentir utile elliott. c’est généralement quand on s’ennuie le plus qu’on est à même de broyer du noir. malheureusement, il y a aucun conseil que j’pourrais lui fournir. parce que j’ai encore besoin de me taper des gamines pour fuir les relations sérieuses depuis la mort de lola. « ils devraient lever ta mise à pied, t’es censé être présumé innocent; pas coupable aux dernières nouvelles. » et quand bien même, il y aurait circonstances atténuantes. j’suis nul en droit- mais ça j’le sais. j’porte le verre à mes lèvres, il évoque encore son ex. encore. le plus surprenant c’est surtout qu’il puisse l’avoir croisé avant moi. je lève le verre, sans boire, je le fixe à travers celui-ci, interloqué. « j’espère pas. » j’dis ça sans réfléchir comme pour soutenir elliott même si l’histoire c’est pas tout à fait ça. j’peux pas considérer qu’elle se réinstalle définitivement. qu’elle puisse taper la causette à elliott. « il manquerait plus qu’elle s’installe avec... » le prénom de son nouveau mec m’échappe et c’est peut-être pas plus mal. le timing n’est pas bon, définitivement pas pour imaginer un retour aux sources du côté de beth. pour remettre encore un coup au moral d’elliott. « elle est quand même pas venue te taper la causette, si ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: elliott// breathe   

Revenir en haut Aller en bas
 
elliott// breathe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Breathe Me [Arizona] -Abandon
» 01. Come on, don't be shy. [Elliott]
» Elliott Durts
» madison + just be happy to breathe
» Thea & Jude ✖ Just breathe...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▴ THE BAY OF THE WHALES :: EAST GIPPSLAND :: L'OUEST DE LA VILLE-
Sauter vers: